Un interne qui n'a pas reçu le magazine H ? Mais qu'attends tu !

   
    
Tap To Call

Médecine Générale

L’internat de Médecine Générale se déroule encore en trois ans, passage en 4 ans prévus lorsqu’il y aura assez de terrains de stage ambulatoire.

ET POURQUOI PAS LA MEDECINE GENERALE?

Depuis la création du DES de Médecine Générale en 2004, nous avons vu arriver des Professeurs des Universités (PU) de Médecine Générale, des Maîtres de conférences et des Chefs de Clinique Universitaire ambulatoires (par opposition à « hospitaliers ») : les soins en cabinet constituent la moitié de leur activité, l’autre moitié étant dédiée à l’enseignement. L’objectif est bien évidemment de nous propulser vers le monde ambulatoire et libéral. La majeure partie de notre formation se déroulera à cheval entre l’hospitaliers et l’ambulatoire tout en favorisant celui-ci. La première année, avec le stage chez le praticien et le stage aux urgences, constitue un premier pas. Ensuite les deux dernières années sont consacrées à la gynécologie et pédiatrie (un stage dans chaque discipline ou un stage couplé 3 mois/3 mois avec un stage libre possible), un stage hospitalier et un SASPAS (Stage Ambulatoire en Soins Primaires en Autonomie Supervisée) systématique. La thèse sera passée en fin d’internat. Il est prévu de rajouter une année supplémentaire en privilégiant les stages ambulatoire type SASPAS.

Le DES de médecine générale ne comporte pas d’Option mais aura accès à un certain nombre de Formations Spécialisées Transversales qui seront coordonnées en local selon des effectifs nationaux. A titre indicatif il y aura l’addictologie, la médecine de la douleur, l’expertise médicale – préjudice corporel, la médecine du sport, la médecine scolaire, les soins palliatifs. Cette liste est non limitative mais peut être restreinte en fonction de la subdivision choisie et de la coordination locale.

Fini l’hyperspécialisation ! A nous les actions de prévention, la médecine de premier recours et le suivi au long cours. Le médecin généraliste restera toujours le premier maillon de la chaîne de soins mais sa fonction s’oriente de plus en plus vers la coordination des soins entre les différents spécialistes, les réseaux de ville, les services hospitaliers puis vers l’élaboration de la synthèse de l’ensemble des acteurs de soins.

MAQUETTE

MG

 

2 Responses so far.

  1. Levy julien dit :

    Bonjour,
    Je voulais avoir des informations sur le desc de médecine du sport, la méthode de sélection, le nombre de places dispo
    Si la maquette était modifié?
    Merci!!!
    Julien levy

  2. bartholot dit :

    Objet : déserts médicaux, médecin coordonnateur EHPAD
    Une amélioration importante de notre couverture médicale sur le territoire national.

    Ces dernières années, l’incitation d’installation de jeunes médecins dans les zones dites désertiques n’ont pas été concluantes. Les départements par des bourses d’études, les communes par des locations gratuites d’immeuble, l’arrivée de médecin étranger, ces incitations n’ont pas fonctionné ou n’ont pas eu l’effet attendu.
    Il me semble comme le précise le conseil national de l’ordre des médecins CNOM qu’une professionnalisation permettrait aux médecins de s’installer plus rapidement à la fin de leurs études, le délai actuel est de 5 ans en moyenne.
    Le syndicat national des jeunes médecins généralistes SNJMG demande une valorisation de la médecine générale lors des études, études très centrées sur l’hôpital.
    Les EHPAD ou maisons de retraites publiques disposent d’une dotation financière soins payée par la sécurité sociale, une somme non négligeable de cette dotation doit venir en paiement du traitement du médecin coordonnateur, 60000 € à l’EHPAD de Lagnieu pour un médecin à 50%, faute de médecin dans les établissements, ces montants viennent compenser les remplacements de personnel soignant ou venir en compensation financière de déficit.
    De la responsabilité des facultés de médecine et des doyens sous la tutelle de l’éducation nationale, du CNOM et du SNJMG, un rapprochement me parait indispensable avec les établissements médico-sociaux afin de parvenir à un maillage du territoire, une liste de poste vacant accessible à l’internat dans ces établissements seraient à proposer aux internes en médecine sous le tutorat d’un médecin généraliste installé sur le secteur et suivant une durée à définir.
    Il va de soi que le médecin généraliste serait indemnisé par l’EHPAD et que l’interne suivant son année peut percevoir un traitement par l’établissement d’accueil et être logé gratuitement par la structure ou la commune d’accueil.
    Une loi de santé pourrait ouvrir cette possibilité avec des conventions signées par les représentants des médecins généralistes et des internes.
    Le renouvellement prochainement des accords de tarification des actes entre les médecins libéraux et la sécurité sociale devrait nous permettre de faire cette proposition et d’améliorer ainsi les honoraires des médecins volontaires à cette démarche.
    La loi du 28/12/2015 relative à l’adaptation de la population au vieillissement est insuffisante et n’apporte pas de réponse à cette problématique de l’accompagnement du vieillissement par des médecins formés à la gériatrie.
    Plus on va amener les étudiants à découvrir les territoires, plus ils auront envie de s’y installer, les établissements médico-sociaux peuvent les encourager.
    Si cette proposition peut convenir, Je vous remercie de m’aider à sa réalisation dans les EHPAD.

    Le directeur,
    BARTHOLOT Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.