Le passage obligé du bon interne: lire religieusement le magazine H!

   
    
Tap To Call

Pédiatrie

 

Association des Juniors en pédiatrie
http://www.ajpediatrie.org/

LE CHOIX DES ENFANTS

Cette page a pour but de vous aider au mieux dans votre choix de spécialité et de vous donner en quelques lignes toutes les informations nécessaires pour choisir de façon « libre et éclairée » !
Tout d’abord, il est important de savoir que la pédiatrie regroupe en fait un ensemble de « sur-spécialités », ce qui permet d’offrir un large choix de carrières.

En effet, outre la possibilité de pratiquer une prise en charge globale de l’enfant (pédiatrie générale, pédiatrie de ville, ambulatoire, PMI…) il est également possible d’exercer en pédiatrie toutes les différentes spécialités médicales : onco-hématologie pédiatrique, cardiopédiatrie, neuropédiatrie, réanimation pédiatrique, mais aussi néonatale… Le choix est donc vaste et les possibilités multiples. Cependant, un seul but commun : la santé de l’enfant, du prematurissime au grand adolescent, voire parfois au jeune adulte pour les patients suivis depuis longtemps en cours de relais vers les services d’adultes, avec la prise en charge de pathologies chroniques mais aussi de pathologies aiguës et de l’urgence.

La pédiatrie est également une spécialité qui permet une relation « triangulaire » unique entre l’interne, l’enfant et ses parents. Cette particularité ne doit pas être perçue comme une menace mais plutôt comme une alliée pour une prise en charge globale de l’enfant. C’est également ce qui fait de la pédiatrie une très belle spécialité. De nombreuses ruses sont aussi utilisées et un minimum de pré-requis est indispensable : biblio sur les derniers Disney, stylos bizarres, pinces sur les blouses, doudou dans la poche, calculette hello kitty pour les plus acharnés…

Pour ce qui est des questions habituellement posées : oui, la pédiatrie est une spécialité qui demande du travail et un minimum d’investissement, notamment en raison de sa richesse et de sa  variété. La formation doit être constante. Non, ce n’est pas insurmontable, et oui on a tous une vie privée !

Pour les gardes, même si les stages de périphérie et de réanimation entraînent souvent plus de gardes, le rythme est largement acceptable (le plus souvent moins de 3 gardes par mois). Il y a parfois des moments difficiles mais comme dans toutes les spécialités !
Enfin, l’AJP, association regroupant les internes de pédiatrie mais aussi les jeunes seniors participe activement à la formation des internes de pédiatrie, aux services aux internes et à l’aide à la recherche et aux travaux scientifiques.

Bon choix, et n’hésitez pas à nous contacter pour plus de précisions, notamment sur les différentes régions !

 

LA FORMATION PRATIQUE

D’un point de vue purement pratique, l’internat (DES) de pédiatrie se déroule sur 4 ans (8 semestres) :

– Cinq semestres dans des services agréés pour le diplôme d’études spécialisées de pédiatrie, dont quatre au moins doivent être accomplis dans des services hospitalo-universitaires (CHU) ou Conventionnés. Ces semestres doivent être effectués dans au moins deux services ou départements différents.

– 3 stages sont obligatoires : un stage en pédiatrie générale, un en néonatologie et un stage dans une unité spécialisée dans les urgences (service de réanimation pédiatrique ou service de pédiatrie d’urgence ou prise de vingt-six gardes formatrices dans des unités de réanimation pédiatrique).

– 1 semestre dans un service agréé pour les diplômes d’études spécialisées de pédiatrie, de génétique, de gynécologieobstétrique et gynécologie médicale ou de santé publique et médecine sociale

– 2 semestres dans des services agréés pour d’autres diplômes d’études spécialisées que le  diplôme d’études spécialisées de pédiatrie ou pour des diplômes d’études spécialisées complémentaires.

Afin de mieux connaitre la pratique de la pédiatrie de ville, les remplacements de pédiatrie sont autorisés dès le 5ème semestre révolu (dont 4 passés en service de pédiatrie).

L’enseignement théorique est reparti en journées de formation organisées au niveau régional reparties sur les 4 ans d’internat mais aussi par le biais de soirées de formation organisées également au niveau régional par l’AJP (Association des Juniors en Pédiatrie) et par le biais du congrès national de l’AJP. De nombreuses formations complémentaires sous forme de DESC ou de DU/DIU sont également proposées (DESC de néonatalogie, DIU de pneumopédiatrie, neuropédiatrie, cardiopédiatrie, gastro-entérologie, infectiologie, néphrologie, oncologie,
épidémiologie…)

Pour ceux qui le souhaitent, il est également possible de compléter son internat par un master 2 (ex DEA) afin de bénéficier d’une initiation à la recherche clinique, indispensable pour une éventuelle carrière hospitalo-universitaire.

One Response so far.

  1. Ségolène Hautecloque says:

    Bonjour,
    Je réfléchis à mes choix et cherche des informations sur la pédiatrie dans l’optique de faire de l’oncologie pédiatrique.
    Je me fixe notamment sur Lille, Montpellier et Marseille. L’oncologie pédiatrique est-elle facilement accessible après ce choix de pédiatrie. Sur quoi débouche-t-elle (difficulté d’accès aux poste après l’ECN, formation nécessaire pour cela…)? Qu’en est-il de l’ambiance dans ces villes dans le cadre de la médecine, hors médecine?
    Et avez vous des informations sur le soin palliatif en pédiatrie?
    Comment puis je procéder pour avoir ces informations? Dois-je contacter les services aléatoirement ou avez-vous des contacts? Merci d’avance,
    Ségolène

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>