Le passage obligé du bon interne: lire religieusement le magazine H!

   
    
Tap To Call

Anesthésie-Réanimation

anicar

A.N.I.C.A.R.
Association Nationale des Internes et des Chefs de clinique-assistants Anesthésistes Réanimateurs
http://anicar.fr/

 

Gazière, Gaziers, bonjour à tous,  L’ANICAR est votre structure représentative au niveau national vis-à-vis de tous les acteurs gravitant autour de notre spécialité, l’Anesthésie-Réanimation.

Votre structure est jeune tant sur le plan de sa création que des personnes qu’elles représentent. Association Nationale des Internes et des Chefs de clinique-assistants Anesthésistes Réanimateurs est dynamique et représentative. Comparativement nous sommes (internes, Chefs de Clinique et Assistants) parmi les plus nombreux; et cela constitue bel et bien une force.

Vous avez été nombreux à féliciter l’initiative de la naissance de l’ANICAR et nous vous en remerciant sincèrement.  Chaque année nous nous efforçons ensemble faire un pas de plus en avant. Nous avons toujours besoin de jeunes internes ! Car nous ne sommes conscient du fait que ce qui fait la force et le dynamisme d’une structure ce sont ses membres.  Les sujets que nous traitons et ceux qui sont à développer dans l’avenir sont nombreux et touchent à tous les domaines comme par exemple l’amélioration de la formation, la communication, la participation aux instances nationales senior, les audits, la lutte pour la polyvalence de notre spécialité, l’ingénierie de la Santé, la mise à disposition de ressources pédagogiques, les relations avec nos confrères européens…  De ce fait il nous paraissait évidement et indispensable de faire appel à vous, ex-externes bientôt néo-internes. Les portes vous sont grandes ouvertes et nous serions heureux de vous compter parmi nous comme chargé de mission ou comme membre d’un groupe de travail.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous faire par de votre envie de participer à un sujet qui vous tient à coeur. Nous restons à votre disposition et attendons vos réactions.

A.N.I.C.A.R (Association Nationale des Internes et des Chefs de clinique assistants Anesthésistes Réanimateurs)

Site internet:  http://anicar.fr/

 

PRESENTATION DE LA SPECIALITE

L’anesthésie-réanimation, une spécialité d’avenir !!  Choisir l’anesthésie-réanimation, c’est se laisser le choix : celui d’un vaste éventail d’exercice, d’une formation riche, de compétences multiples et variées…c’est le choix du CONTRE-ennui…  Cette spécialité transversale nous ouvre la porte à un exercice varié, entre anesthésie, SAMU et urgences, réanimation, prise en charge professionnelle, en fonction de l’état de nos surrénales et de notre désir de vivre dans l’action ! Il en est de même en ce qui concerne les lieux d’exercice : les opportunités de rencontre ou nos envies peuvent nous mener de l’hôpital (où de nombreux postes de PH restent vacants) à l’exercice libéral où l’intérêt intellectuel et financier n’est pas vain !

Si l’on considère la population des anesthésistes, l’augmentation de la population française, son vieillissement inexorable et l’augmentation des actes nécessitant anesthésie et réanimation, la question de savoir comment occuper nos journées ne se posera pas de sitôt ! Par ailleurs, la population des anesthésistes vieillit également, les prévisions de l‘INED prévoient une diminution d’environ 20% des praticiens en 2025 malgré l’augmentation du recrutement des internes.

L’anesthésie-réanimation reste précurseur dans la limitation des risques et la diffusion des bonnes pratiques. C’est une des dix spécialités qui, en diminuant par dix le risque de mortalité péri-opératoire, a le plus évolué ces vingt dernières années ! Et ce n’est pas fini : des évolutions techniques pointent dans les blocs opératoires permettant une prise en charge sans cesse améliorée des patients. Pensons particulièrement aux nouvelles stations d’anesthésie automatisées (boucles Zeus, AIVOC…) ou encore aux découvertes pharmaceutiques telles que le propofol (le meilleur somnifère d’après Michael Jackson !) ou un produit de décurarisation comme le suggamadex.

Entre physiopathologie et technicité, cette spécialité, bouillonnante intellectuellement mais également technique reste une spécialité attractive en perpétuel mouvement !

L’internat d’anesthésie-réanimation dure 5 ans, délai (presque tropcourt !) nécessaire à explorer l’ensemble du panel chirurgical car le métier demande d’être compétent aussi bien dans la réalisation d’une anesthésie péribulbaire pour une chirurgie de la cataracte que dans l’anesthésie et la réanimation post-opératoire d’un octogénaire devant subir un remplacement valvulaire aortique sous circulation extracorporelle. Il ne faut pas négliger sa formation de réanimateur avec un passage très utile en réanimation médicale et chirurgicale, les deux aspects du métier étant interdépendants.

Nous avons la chance d’avoir un enseignement dynamique organisé au sein de chaque interrégion avec des cours magistraux réguliers (parfois mis en ligne sous forme de streaming http://www.anesthesiste.org ou de power point http://www.reanesth.org) mais également avec l’accès à des mannequins de simulation permettant une mise en pratique des connaissances en toute sécurité. Nous avons également la possibilité de nous inscrire à de nombreux diplômes universitaires qui permettent d’enrichir notre formation en fonction de nos envies de spécialisation (échographie, anesthésie locorégionale, antibiothérapie, circulation  extracorporelle…). La discipline possède également un panel de laboratoires dédiés à l’exploration de l’inflammation, de la neuroréanimation, de la ventilation artificielle, de la pharmacogénétique… permettant un accès à la recherche fondamentale et à l’ouverture vers des carrières hospitalo-universitaires. Bien que la durée de l’internat soit fixée à 5 ans, l’obtention de la licence de remplacement à partir du 5ème semestre validé permet une responsabilisation progressive grâce à la réalisation de gardes de « senior » et ouvre la possibilité de remplacements dans le secteur privé, permettant d’améliorer nettement sa qualité de vie, la rémunération augmentant proportionnellement avec les responsabilités prises. L’ouverture des postes d’interne au secteur privé, à la prochaine rentrée, devrait permettre de côtoyer dès le début  de l’internat ce secteur méconnu et souvent décrié.

En ce qui concerne le post internat, il n’est pas obligatoire mais devient très utile voire indispensable devant l’hyperspécialisation de la spécialité, afin d’acquérir une autonomie et une spécificité d’exercice. La création d’une commission d’évaluation des besoins au sein de chaque ARS permettra d’adapter la nécessaire offre de postes afin d’apporter à ceux qui le souhaitent une formation après l’internat de qualité, que ce soit sur un poste universitaire de chef de clinique ou hospitalier d’assistant spécialiste.

Mais cette spécialité n’a-t-elle que des avantages ? On peut citer quelques rares inconvénients, que la passion de l’efficacité et de la prise en charge de l’aigu font oublier, comme une certaine pénibilité au travail avec des horaires larges, liées à la nécessité de continuité des soins, et un nombre conséquent de gardes (de l’ordre de 4 à 6/mois), souvent lourdes, suivies d’un repos de sécurité obligatoire mais bien mérité Ces gardes aident à la diversité de notre profession en conservant une activité clinique dans différents domaines et sont très formatrices au cours de notre internat.

N’oubliez pas qu’il s’agit d’une spécialité avec de fortes responsabilités, tant au niveau personnel qu’assurantiel avec une hausse croissante des primes de responsabilité civile professionnelle. Ceci est contrebalancé par le fait qu’il existe une solidarité importante entre confrères anesthésistes, mais aussi réanimateurs et chirurgiens. Par ailleurs, l’IADE (Infirmier Anesthésiste Diplômé d’Etat) sera votre meilleur atout pour vos débuts dans les blocs opératoires et vous secondera tout au long de votre carrière. Le travail en équipe reste donc au premier plan avec des salaires, notamment en activité libérale, très satisfaisants.

En conclusion, il s’agit d’une spécialité pour jeunes passionnés et motivés, aimant travailler en équipe, que les responsabilités n’effraient pas et qui auront plus tard la chance d’avoir une grande diversité d’exercice

LA MAQUETTE

Arrêté du 22-9-2004 (JO du 6-10-2004)   

Durée: 5 ans

A) Sept semestres dans des services agréés pour le diplôme d’études spécialisées d’anesthésie-réanimation,  dont quatre semestres dans des services d’anesthésie comprenant la pratique de l’anesthésie  et des soins péri-opératoires

B) Un semestre dans un service de réanimation hospitalo-universitaire ou conventionné agréé pour le  DESC de réanimation médicale.

C) Deux semestres dans des services agréés pour la spécialité.

La formation pratique hospitalière comprend la participation à des gardes formatrices dans la spécialité.

 

 

One Response so far.

  1. AJAR says:

    En Ile de France, l’AJAR est l’Association des Jeunes Anesthésistes-Réanimateurs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>