Le passage obligé du bon interne: lire religieusement le magazine H!

   
    
Tap To Call

Médecine physique et de réadaptation (MPR)

 AJMER : Association des Jeunes en Médecine Physique et Réadaptation

Site : http://www.ajmer.fr/
Contact: 
associationajmer@gmail.com

 

PRESENTATION DE LA SPECIALITE

Une femme de 65 ans, diabétique, amputation du pied gauche; un homme de 65 ans insuffisant cardiaque post infarctus du myocarde, un lombalgique chronique obligé d’arrêter son travail et de prendre de la morphine tous les jours, une patiente de 32 ans souffrant d’une sclérose en plaque présentant des troubles vésico-sphinctériens….

Car bien sûr, même si la prise en charge initiale est assurée par les neurologues, les chirurgiens orthopédistes, ou les cardiologues par exemple, il revient au Médecin de MPR de prendre en charge ces patients sur le long terme, pour optimiser, selon les cas, leur autonomie, leurs activités de vie quotidienne, leur qualité de vie (autonomie, prise en charge vésico-sphinctérienne, spasticité gênante…) et bien entendu leur ré-insertion socio-professionnelle.

Imaginez grâce à la prise en charge en MPR:

• La joie d’un enfant atteint de paralysie cérébrale utilisant son premier ordinateur après injection ciblée de toxine botulique permettant l’utilisation d’un stylo pour écran tactile.

• Le jeune scoliotique qui voit ses déformations réduites et sa qualité de vie amélioré lui permettant une meilleure insertion scolaire;

• La reprise du sport voire de la compétition sans douleurs et avec de bonne amplitudes articulaire chez ce jeune sportif

• La reprise d’une vie sociale post AVC après avoir suivi une rééducation de l’aphasie ;

• L’efficacité d’un appareillage fonctionnel et esthétique par prothèse de membre inférieur amputé permettant à cette femme d’être autonome pour aller faire ses courses et se balader avec ses amies

• L’amélioration significative du patient insuffisant cardiaque qui peut, enfin à nouveau reprendre ses activités de loisir sans être essoufflé et devoir s’asseoir au bout de 10 mètres.

• Un lombalgique chronique qui reprend le travail, la confiance en son dos et lui-même grâce à un reconditionnement à l’effort

• Cette patiente de 32 ans atteinte de SEP, qui n’est plus obligée de porter des protections

Le rôle du médecin de Médecine physique et de Réadaptation comme vous l’avez déjà bien compris c’est donc:

• Grâce à une analyse clinique rigoureuse, associée à une bonne connaissance de l’anatomie et de la physiopathologie, le Médecin de MPR détermine par un interrogatoire approfondi les déficiences qui gênent réellement les patients, et les restrictions d’activités et de participations qui en découlent. Il propose alors la prise en charge la plus adaptée, qu’elles soient médicamenteuse, technique humaine ou sociale.

• C’est pour répondre au mieux à ces objectifs ambitieux centrés sur la fonction, que la prise en charge en MPR se veut multidisciplinaire. Le médecin de MPR est donc un chef d’orchestre coordonnant le partage de compétences de différents spécialistes médicaux et paramédicaux (infirmiers, aide soignants, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes, neuropsychologues, diététicien, assistant social…

• Cependant le rôle du MPR est également de poser des diagnostics et bilans spécifiques à la MPR dans le domaine de la motricité (trouble de la marche, spasticité, vésico-sphinctérien et génito-sexuel, mouvements anormaux, trouble du langage…), en médecine du sport, et plus largement des troubles orthopédiques (retard de consolidation, anomalie de la croissance, complications d’appareillage)

• C’est enfin et surtout mettre en place des traitements spécifiques de notre discipline: gestes techniques (injection de toxine botulique, remplissage de pompe à Liorésal, injection intra-caverneuse…), appareillage, discussion médico-chirurgicale, développement de nouvelles technologies…

La MPR est donc une médecine humaine diversifiée, touche à tout, avec ses propres spécificités d’évaluation du patient, de sa fonction, de son environnement social, ceci, avec une prise en charge singulière alliant thérapeutique médicamenteuses, physiques, instrumentale et sociale.

La très bonne nouvelle est que c’est une spécialité en plein essor actuellement et pleine d’avenir comme en témoigne le nombre de postes proposés par la filiarisation.

Grâce à la motivation du COFEMER (Collège des Enseignants Universitaires de MPR), la formation se veut de qualité et homogène en France.

De plus les opportunités de pratique sont nombreuses : activité hospitalière, hospitalo-universitaire (innombrables thématiques de recherche, beaucoup de postes à pourvoir dans les années à venir), activité en centre de rééducation (montagne, bord de la mer : intérêt professionnel et qualité de vie garantis !)

En secteur public, PSPH ou privé.

 

MAQUETTE

– Quatre semestres dans des services agréés pour le DES de médecine physique dont trois au moins doivent être accomplis dans des services hospitalo-universitaires. Ces semestres doivent être effectués dans au moins deux services ou départements différents.
– Deux semestres dans un service agréé pour les DES de neurologie, pédiatrie ou rhumatologie
– Deux semestres libres, comportant au plus un semestre dans un service agréé pour le DES de médecine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>