Le passage obligé du bon interne: lire religieusement le magazine H!

   
    
Tap To Call

Chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique

PRESENTATION DE LA SPECIALITE

Selon la définition du C.N.U., la chirurgie plastique est une spécialité chirurgicale qui traite de la forme et de la fonction du corps. Touchant presque toutes les régions anatomiques exceptés l’intérieur du crâne, du thorax et de l’abdomen. Ayant donc pour objet les lésions et pertes de substance des tissus non viscéraux, la chirurgie plastique couvre ainsi un domaine immense comprenant en particulier : la chirurgie esthétique, la chirurgie de la main, la chirurgie des brûlés, la chirurgie reconstructrice, la microchirurgie et la chirurgie plastique pédiatrique

1/ Tumeurs et Infections de la peau et des tissus mous

Qu’elles soient bénignes ou malignes; il s’agit en pratique aussi bien du banal «grain de beauté» du visage ou du panaris, que des carcinomes, des sarcomes des parties molles, ainsi que les gangrènes étendues pouvant conduire à des gestes d’exérèse larges et dont la reconstruction fait appel à des techniques complexes.

2/ Reprise de cicatrices

Il existe de nombreux types de cicatrices, leur prise en charge est essentiellement du domaine de la chirurgie plastique, de la simple réfection d’une cicatrice inesthétique à la difficile prise en charge des cicatrices chéloïdes… La fermeture et la cicatrisation cutanée, leurs modalités chirurgicales comme médicamenteuses sont la base de la chirurgie plastique.

3/ Reconstruction

Née de la chirurgie de guerre, la chirurgie plastique s’est ensuite appliquée aux accidents de la voie publique ou du travail (agricole, industriel, bâtiment). Aujourd’hui, il s’agit aussi bien de la reconstruction de lésions acquises comme les pertes de substance traumatiques quelle qu’en soit la cause, les traumatismes « classiques » ou chirurgicaux (par exemple pour reconstruire un sein amputé pour cancer), mais également de correction d’anomalies congénitales ou acquises qu’elles soient apparues à la naissance (fentes labio-maxillo-palatines par exemple) ou à l’âge adulte (atrophies hémi-faciales, malformations des seins telles que les asymétries ou le syndrome de Poland). Il s’agit ici de chirugie plastique à visée fonctionnelle.

4/ Chirurgie esthétique

Il s’agit de chirurgie plastique de confort. Les techniques dérivent de la chirurgie reconstructrice. Elle concerne certaines disgrâces physiques congénitales (nez, oreilles, menton) ou acquises à la puberté (hypotrophie mammaire, surcharges graisseuses localisées), dans les suites de grossesses (déformations de la paroi abdominale), ou du fait du vieillissement.

5/ Chirurgie des Brûlés et de leurs séquelles

6/ Chirurgie de la main / Chirurgie nerveuse périphérique/Microchirurgie

Comme souvent en chirurgie plastique, la chirurgie de la main se trouve à la lisière entre deux spécialités, orthopédie et chirurgie plastique. Il s’agit aussi bien de pathologies « froides » (maladie de Dupuytren, arthrose) que de traumatismes de la main et leurs séquelles malheureusement fréquentes. De même les pathologies nerveuses traumatiques (section, perte de substance, lésions du plexus brachial…) ou non (canal carpien, ulnaire au coude…) sont du domaine du chirurgien de la main.

Enfin, les techniques de microchirugie s’appliquent aussi bien à la chirurgie de la main et nerveuse, qu’à la reconstruction (lambeau libres et anastomoses microvasculaires…).

En pratique, le domaine de la chirurgie plastique est si étendu que les chirurgiens qui l’exercent se sont habituellement surspécialisés dans une ou plusieurs des branches qui la composent. En France, la dénomination officielle de la spécialité est «Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique». Toutes les villes de CHU n’offrent pas une formation dans chacun des domaines de cette vaste spécialité (notamment la chirurgie de la main), il peut donc parfois être utile de contacter le responsable du D.E.S.C. de la ville envisagée avant de s’engager.

Leurs coordonnées se trouvent sur le site de la société :

http://www.plasticiens.org

Enfin, sans avoir accès au DESC de chirurgie plastique, il est tout à fait possible d’avoir une pratique de chirurgie reconstructrice et esthétique en passant par les filières ORL ou maxillo-faciale (reconstruction cancérologique, orthognatique, rhinoplastie, paupières, lifting…). Mais celle-ci se limitera à la face et au cou.


MAQUETTE : 6 SEMESTRES

– Tronc commun de Chirurgie Générale.

– DESC de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique (DESC du groupe II) préparé sur 6 semestres (4 semestres au cours de l’internat et 2 semestres en post-internat).

– Les stages en inter-CHU sont de plus en plus encouragés. Il de bon ton d’y songer et d’en faire la demande bien à l’avance, dès les premiers semestres. En effet les candidats sont de plus en plus nombreux.

One Response so far.

  1. LHERM says:

    Bonjour,
    j’ai passé l’ECN cette année et je désire choisir Chirurgie plastique comme spécialité d’internat.
    Mon classement je ne permet pas de rester en région parisienne or je ne trouve pas d’informations officielles sur les villes qui proposent une formation de chirurgie plastique ni le nombre de postes que chaque ville propose.
    Pourriez vous m’aider d’une manière ou d’une autre je suis de plus en plus embetee au fur et à mesure que els choix se rapprochent…
    Merci d’avance de votre réponse et de l’attention que vous porterez à ma demande.
    Mathilde LHERM.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>