Le passage obligé du bon interne: lire religieusement le magazine H!

   
    
Tap To Call

Radiodiagnostic et imagerie médicale


Logo_UNIR

UNIR, Union Nationale des Internes et jeunes Radiologues
http://unir-radio.fr
unir.fr@gmail.com


LA STRUCTURE

L’UNIR est l’association qui réunit les internes, CCA et assistants en radiologie. Son objectif principal est de les représenter auprès des différentes institutions pour défendre leurs intérêts, améliorer la formation des internes, tant au plan national que local et soutenir la recherche. L’association propose des aides aux échanges internationaux et aux congrès, des informations et places pour des enseignements universitaires et un large réseau d’annonces pour le postinternat. Elle organise plusieurs soirées conviviales dans l’année, notamment durant les cours nationaux et le congrès français.

Des référents UNIR existent dans chaque ville, et seront heureux de répondre à vos interrogations sur l’internat de radiologie : n’hésitez-pas à les contacter, vous trouverez leurs coordonnées sur notre site !


L’IMAGERIE MEDICALE

L’imagerie médicale est une spécialité très variée et dynamique. Elle est au cœur de la médecine moderne et a connu ces dernières années l’explosion de l’imagerie en coupes : Tomodensitométrie et Imagerie par Résonance Magnétique. Ce type d’imagerie permet une vision anatomique si fine qu’elle est devenue un moyen d’enseigner l’anatomie aux étudiants ! L’échographie quant à elle, permet actuellement une vision en trois dimensions.

Nous disposons désormais aussi d’une approche fonctionnelle : IRM fonctionnelle, Scanner de perfusion, échographie de contraste,… L’imagerie médicale est au centre de la prise en charge des patients : imagerie diagnostique, thérapeutique et de suivi. Les chirurgiens viscéraux ont, par exemple, vu leur pratique changée avec l’apport du scanner abdominal face à un abdomen douloureux : en dix ans, le taux de laparotomie blanche est devenu quasiment nul. L’imagerie fonctionnelle est utilisée en pratique courante avant une chirurgie cérébrale afin de minimiser les séquelles fonctionnelles de celle-ci. Elle permet une optimisation de la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux (imagerie de diffusion). Une approche presque «anatomopathologique » de l’IRM cérébrale est possible grâce à la spectro-IRM. Enfin, l’imagerie diagnostique va égalementprogresser avec les nano-technologies, qui permettront également de mieux cibler les traitements.

D’autre part, l’imagerie interventionnelle est en plein essor, et propose, par exemple, un guidage sécurisé et fiable pour de nombreux actes invasifs : pose de voies centrales, drainages, réalisation de ponction et biopsies, traitement de tumeurs pulmonaires, hépatiques, osseuses ou rénales. Elle permet des techniques complémentaires de la chirurgie classique (traitement des fibromes utérins).

Qu’est-ce qu’un radiologue au final ? C’est un médecin autonome en imagerie : goût pour la clinique, curiosité intellectuelle, attrait pour la nouveauté et solides compétences techniques sont les qualités requises pour profiter de cette fabuleuse spécialité !


L’INTERNAT DE RADIOLOGIE

L’internat se déroule en 5 ans, dont 4 en radiologie et n’est pas toujours de tout repos. L’interne est devenu l’un des acteurs principaux du diagnostic en urgence et la charge de travail progresse annuellement. La formation pratique s’effectue par compagnonnage, avec des vacations quotidiennes dans les différentes modalités (radiographie, échographie, scanner et IRM). Accompagné par un senior, l’interne interprète les examens, surveille leur réalisation et discute du résultat avec les confrères cliniciens. Du fait de la variété des pathologies et des techniques, chaque semestre est habituellement consacré à une imagerie d’organe (par exemple neuroradiologie, imagerie digestive, imagerie ostéo-articulaire, sénologie), afin d’avoir la formation la plus homogène possible en fin d’internat. Les premiers stages sont souvent plus généralistes, afin de pouvoir rapidement acquérir une autonomie pour les gardes. Ces dernières sont bien souvent épiques, stressantes au début mais très formatrices !

Sur le plan théorique, le Collège des Enseignants de Radiologie de France CERF a mis en place des cours nationaux sur les bases physiques, ainsi que des référentiels pour les enseignements de spécialités d’organe. Des enseignements régionaux existent, plus ou moins bien développés selon les CHU. De nombreux DU et DIU peuvent aider l’interne à compléter sa formation théorique, et il existe de multiples sites et revues de référence pour accroître ses connaissances.

L’interne qui souhaite faire de l’imagerie médicale son métier doit avoir un gout pour la sémiologie clinique et radiologique, une certaine appétence pour la technique et un sens accru des relations humaines. Enfin, l’imagerie médicale est la spécialité de choix pour les étudiants souhaitant avoir une activité de recherche clinique ou fondamentale tant les possibilités sont nombreuses.


MAQUETTE : 5 ans

– 8 semestres dans des services agréés pour le D.E.S. de radiodiagnostic et imagerie médicale
– 2 semestres dans des services agréés pour d’autres D.E.S. ou pour des D.E.S.C. (dit « semestres de clinique », dont un est habituellement effectué en médecine nucléaire).
– Au moins 2 semestres dans des services hors CHU

One Response so far.

  1. Namoune says:

    Bonjour, j’espère faire de la radiologie après avoir passé ecn 2015, j ai une question svp : un radiologue qui travaille en clinique privé gagné combien par mois ? Merci

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>