Le passage obligé du bon interne: lire religieusement le magazine H!

   
    
Tap To Call

Néphrologie

SNIN (Syndicat National des Internes de Néphrologie)
Site : www.cuen.fr – Rubrique Syndicat National des Internes de Néphrologie
Facebook: Syndicat National des Internes de Néphrologie



NEPHRO A L’INTERNAT, MAIS POURQUOI?

La Néphrologie est une des spécialités les plus riches de la médecine. Elle est à la
fois technique (pose de cathéters centraux, épuration extra-rénale…) et humaine (fin de
vie, annonce diagnostique…). Elle traite à la fois de maladies aiguës (IRA iatrogènes, vascularites…) et de maladies très chroniques (IRC, diabète, HTA…).

C’est une spécialité qui s’occupe de maladies rares (vascularites, maladies génétiques…) mais aussi des maladies les plus fréquentes (diabète, HTA). Enfin, c’est à la fois une discipline de spécialiste (maladies purement néphrologiques) et une discipline de médecine générale (suivi chronique des dialysés et transplantés) ou de médecine interne (explorations diagnostiques). Bref, le champ d’action de la Néphro balaye une très grande partie de l’activité médicale !

La formation
L’enseignement de Néphrologie est coordonné par le CUEN (Collège Universitaire des Enseignants de Néphrologie) qui organise des séminaires (rassemblant plus de 100 internes à chaque fois) auxquels il faut participer pour la validation du DES :
1. Troubles hydroélectrolytiques
2. Glomérulopathies
3. Transplantation
4. Dialyse.

En plus de ces enseignements nationaux, des enseignements interrégionaux sont organisés de façon plus rapprochée : ils abordent des thèmes complémentaires et permettent un échange plus interactif entre internes et enseignants.


Etre interne de Néphro, c’est quoi ?
L’interne de Néphrologie est confronté à des situations cliniques très variées :

– la gestion de l’urgence métabolique (dyskaliémies et dyscalcémies en particulier) et thérapeutique notamment en réanimation médicale ou dans les unités de soins intensifs de néphrologie

– la gestion diagnostique d’une maladie rénale (ponction biopsie rénale : indications, surveillance, etc…)

– l’annonce diagnostique de maladies graves (cancer, insuffisance rénale terminale, vascularites, etc…)

– la gestion de l’insuffisance rénale aiguë qu’elle soit en service de néphrologie, aux urgences ou dans les autres services

– le suivi du patient dialysé (en hémodialyse ou en dialyse péritonéale) et ses risques vasculaires et métaboliques

– le suivi du patient transplanté rénal et ses risques immunologiques, infectieux, néoplasiques

– l’exploration de troubles métaboliques complexes

– la gestion de la fin de vie (des patients IRC, dialysés ou transplantés)

Le plus souvent, l’interne de Néphrologie est amené à prendre ses gardes et/ou astreintes dans le service de Néphrologie ou de Réanimation Médicale dont il dépend.


Etre néphro, ça veut dire quoi ?
Le Néphrologue n’exerce pas simplement au CHU. L’activité de Néphrologie peut se répartir soit dans le public soit dans le privé soit dans l’associatif. Dans le public, le Néphrologue exerce soit en CHU soit dans un service de périphérie, il fait alors partie d’un service de Néphrologie auquel est souvent rattaché une partie d’activité de dialyse.

Dans les deux cas, il peut suivre des malades IRC, des dialysés et des transplantés. En privé, l’activité peut être tout aussi variée que dans le public : suivi de patients IRC, dialysés et transplantés. Tout dépend de la structure d’accueil. En associatif, le Néphrologue est souvent
salarié d’une association de dialyse et s’occupe le plus souvent de consultations de suivi de patients IRC et du suivi de patients dialysés.

Dans tous les cas, ces activités ne sont pas cloisonnées et peuvent être partagées ou enchaînées au cours de sa carrière… L’ouverture à de nombreux DESC permet aux Néphrologues d’exercer dans d’autres disciplines (réanimation médicale, immunologie clinique, médecine vasculaire, anatomopathologie, etc…).


Néphro et recherche
Pour celles et ceux qui sont intéressés par la recherche (fondamentale et/ou clinique), la Néphrologie est une discipline reine. Par ses explorations physiologiques et ses particularités physiopathologiques, elle se prête très bien à de très nombreux thèmes de recherche fondamentale. Les différentes sociétés savantes (Société de Néphrologie, Société Francophone de Dialyse et Société Francophone de Transplantation) financent tous les ans des internes et des chefs qui souhaitent faire de la recherche fondamentale (mastère 2 recherche en particulier).

Pour ce qui est de la recherche clinique, la Néphrologie participe à de très nombreux protocoles à la fois épidémiologiques (REIN Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie) et interventionnels. Les possibilités ne manquent pas !

En conclusion, si vous voulez faire un internat complet et ouvert, bienvenue en Néphrologie !


MAQUETTE: 4 ANS

– 4 semestres obligatoires : 3 en néphrologie et 1 en réanimation
– 1 semestre conseillé en néphrologie ou service apparenté
– 3 semestres libres
– 1 mémoire de DES

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>